Pisum sativum. De l’incroyable poids du petit pois.

« Riens du tout » – décembre 2019

Étudié comme modèle génétique depuis le dix-huitième siècle et utilisé par Gregor Mendel pour mettre à jour les lois de l’hérédité, le petit pois a révélé, grâce à son séquençage récent, un génome dont le volume et la complexité s’avèrent inversement proportionnels à sa petite taille et à son apparente insignifiance. Investi d’une symbolique immémoriale et d’un nom latin, pisum sativum, liés à la fertilité (Coombes 2012), le petit pois a pourtant été consacré, via des expressions telles qu’« avoir un petit pois à la place du cerveau », comme un symbole de vacuité et d’inexistence et s’est vu poursuivi par la forme diminu